AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 CONTEXTE GENERAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Admin
Messages : 808
Age : 38

Carte d'identification
Age: Vieux
Métier: Grand Dragon
Particularité(s): Scénariste retors
MessageSujet: CONTEXTE GENERAL   Dim 17 Nov - 14:34

 




Contexte d'Uchronia



Mon nom est Caius Julius Cicero III, citoyen romain et ambassadeur de l’Empire. Si vous lisez ces lignes dans ce que mes logiciels linguistiques identifient comme une échoppe de sushis, fuyez ! La ville de Shin’Edo est infestée de morts-vivants avides de chair humaine, et ils sont probablement déjà en train de vous encercler, comme ils l’ont fait pour moi.

Dans l’hypothèse où vous seriez toujours à même de me lire, sachez que je suis originaire de la ville de Roma Aeterna et par conséquent issu d’une réalité alternative dans laquelle l’Empire romain n’a jamais cessé d’exister et de dominer le monde, parvenant même à l’ère cybernétique. Dans mon monde, des gladiateurs améliorés par des implants de haute technologie s’affrontent au cœur d’arènes dans des spectacles retransmis en trois dimensions sur tout le réseau, de riches patriciens achètent des esclaves par le biais de la Matrice. Les dieux de l’Antiquité eux-mêmes sont parmi nous, bien que mes supérieurs les considèrent comme des imposteurs.

Sans que rien ne le laisse prévoir, la ville de Roma Aeterna  a été téléportée sur un monde étrange, que le peuple a baptisé Uchronia pour des raisons évidentes. En effet, nous avons toutes les raisons de croire que ce monde n’est autre qu’une copie de la Terre que nous connaissons. Son relief, notamment, est quasiment identique, et le Tibre qui coule à Roma Aeterna existe ici aussi. Toutefois, cette Terre alternative semble dévastée par une catastrophe, et dénuée de vie pour ce que j’en sais. Des conditions météorologiques apocalyptiques sévissent partout sur ce monde, à ce que j’ai pu en juger, rendant périlleuse toute sortie maritime ou terrestre à l’extérieur des cités uchroniques.

Peu de temps après notre transfert sur Uchronia, nous avons néanmoins découvert des moyens de transport étrangers au sein de notre cité : les navettes. Certaines de ces navettes s’apparentaient à des monorails, d’autres à des navires ; leur technicité était au-delà de ce que nous connaissons. Ces navettes nous proposaient de nous emmener dans d’autres villes, appelées London, Neo York et Shin’Edo. En tant qu’ambassadeur, je me portai volontaire pour établir des liens avec ces nouvelles destinations aux noms exotiques, et bientôt, j’embarquai avec une solide escorte de gardes d’élite du temple de Mars.

Quelques jours plus tard, nous sommes arrivés à London, en laquelle je reconnus une version horriblement déformée de la Londinium que je connaissais. A notre grande surprise, nous avons découvert que les habitants de London venaient d’une Terre sur laquelle l’Empire romain avait disparu depuis presque deux siècles ! London, plongée dans un âge victorien éternel (ces mots auront peut-être davantage de sens pour vous que pour moi), ne connaissait rien de la cybernétique ; la ville toute entière était pleine de gigantesques rouages et de machines à vapeur sophistiquées, au service d’une technologie steampunk. L’épais brouillard qui semblait recouvrir la ville favorisait sans nul doute les étranges disparitions que les habitants attribuaient à des créatures surnaturelles.

Comme nous, les Londoniens s’étaient retrouvés sur Uchronia quelques semaines auparavant, sans aucune raison apparente. J’établis les bases d’échanges diplomatiques entre nos deux villes, puis notre navette traversa l’océan pour gagner Neo York.

Comme je le soupçonnais, Neo York était issue d’un univers alternatif différent de ceux de Roma Aeterna et de London. Entièrement coupée de l’extérieur par de gigantesques dômes, la ville avait été bâtie sur les ruines d’une cité appelée New York, plusieurs dizaines d’années au terme d’un conflit nucléaire global, survenu dans les années 1960 selon le calendrier des habitants. Seule une partie de la population de Neo York avait accès à l’intérieur de la ville, surnommé le Paradis, tandis que les malheureux rejetés par les autorités se massaient à l’extérieur, appelé à juste titre l’Enfer. Les dirigeants du Paradis, des scientifiques et militaires manifestement paranoïaques, s’ingéniaient à surveiller les habitants par tous les moyens possibles et imaginables, engendrant une ambiance de soupçon et d’effroi dans ce prétendu paradis. D’abominables expériences génétiques permettaient à quelques rares individus de disposer de pouvoirs extraordinaires, mais à quel prix ! L’Enfer, territoire miné par les radiations et la misère, est peuplé de désespérés qui n’aspirent qu’à rejoindre le Paradis. J’ai pu constater que de nombreux gangs dépouillent les gens du peu qu’il leur reste, et que des mutants errent, rejetés de tous.

Confrontés à l’avidité déplacée des dirigeants de Neo York, qui se seraient  volontiers appropriés notre technologie, nous avons repris notre navette, traversant le contient américain jusqu’à atteindre ce que les Neo Yorkais appelaient la côte californienne. Là se trouvait Shin’Edo, qui sera probablement mon tombeau.

D’après les quelques informations dont je dispose, Shin’Edo provient d’une réalité dans laquelle le continent américain n’a été découvert que tardivement, et ce par les Nippons. Cette ville est un mélange de Japon féodal et de Far West, pour reprendre les termes d’autres cités uchroniques. Leur technologie est limitée, mais il semble en revanche que les habitants soient capables à l’occasion de manipuler des forces spirituelles – des esprits, ou kamis. Malheureusement, les colons sont entrés en conflit avec les tribus indiennes, et une étrange malédiction a fait se lever les morts de terre pour s’en prendre aux vivants. Les zombies sont à présent maîtres de Shin’Edo, tandis que les quelques survivants s’entretuent pour de la nourriture.

Mes compagnons ont tous été tués et probablement dévorés par les morts-vivants. Seul, je suis parvenu à fuir et me suis réfugié dans cette échoppe de sushis, mais si j’en juge par les coups qui ébranlent la porte, je n’en ai plus pour longtemps. Mon arme est vide, et il m’est impossible de la recharger dans cette ville dépourvue d’électricité. Je vais me hisser sur le toit, puis j’essaierai de courir jusqu’à la navette …

Que les dieux soient avec vous.


Le 17 Novembre 2766 A.F.R. (Après la Fondation de Rome)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uchronia-rpg.forumactif.org
 

CONTEXTE GENERAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Contexte & Saison 1
» Gettysburg-reconstitution du contexte du combat au niveau du soldat
» Contexte # Dans quel contexte vivons nous ?
» Contexte évolutif
» Contexte de Nox Aeterna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uchronia :: La Terre aux mille facettes :: Règlement & contexte-