AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Diàna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 22
Fiche de présentation : Diàna

Carte d'identification
Age: 25 ans
Métier: Esclave
Particularité(s): Développe peu à peu un intérêt pour les nanotechnologies.
MessageSujet: Diàna   Dim 8 Déc - 22:05

Diána

PRÉNOM : Diàna, c’est un prénom hongrois qui peut facilement passer pour romain. NOM : n’en a pas. SEXE : féminin ÂGE : 25 ans. VILLE UCHRONIQUE D'ORIGINE : Roma Aeterna. PROFESSION : esclave. DES PARTICULARITÉS ? : Diàna possède des rudiments de medtech, plus précisément en matière de nanotechnologie.


“Physique & caractère„


Personnalité :
Diàna est d’un naturel plutôt calme et pacifique, et a toujours été obéissante envers son ancienne maîtresse. Elle a tendance à se laisser vivre, passivement, trait de personnalité renforcé par le caractère répétitif et abêtissant des tâches qu’elle effectue quotidiennement en tant qu’esclave (ménage, etc). Sa vie avec son ancienne maîtresse, si elle était dénuée de tout intérêt, n’en était pas moins paisible et plutôt confortable. Les seules choses qui ont réussi à éveiller un vague intérêt à ses yeux sont les technologies cybernétiques mais elle n’a pas encore pu développer pleinement ce centre d’intérêt.

Elle n’a aucune opinion sur un grand nombre de sujets et se moque d’être esclave ou non tant qu’il ne lui arrive rien de fâcheux. Elle ne sait ni lire ni écrire, et malgré son âge, est ignorante d’un grand nombre de choses. Par conséquent, elle est un peu naïve et n’est pas très méfiante, n’ayant pratiquement jamais l’occasion d’évoluer en société (à part dans le cadre de son « emploi » en tant qu’assistante medtech). La solitude ne l’incommode pas et elle ne recherche ni la compagnie des autres esclaves, ni celle de qui que ce soit d’autre.

Elle accorde peu d’intérêt aux choses qui l’entourent lorsqu’il ne s’agit pas de nouveautés (et celles-ci retiennent généralement son attention peu de temps).



Physique :
Diàna est une jeune femme de petite taille, aux cheveux blonds comme les blés et aux yeux bleus clairs, tellement clairs qu’elle pourrait passer pour aveugle. Quelques taches de rousseur parsèment ses joues lorsqu’elle s’expose au soleil, ce qui n’arrive pour ainsi dire jamais. Elle arbore toujours un visage grave, sourit peu, et ne rit jamais. Son visage a des traits harmonieux, il n’est ni laid ni beau mais plutôt quelconque. Diàna n’est pas le genre de personne qu’on remarque dans la rue, d’autant plus qu’elle marche le visage baissé vers le sol et les épaules légèrement rentrées. La seule chose dont elle pourrait tirer un peu de fierté est sans doute son regard, profond malgré sa clarté.

Diàna n’est pas maigre, loin de là puisqu’elle a tendance à être légèrement potelée, avec un ventre doux et rond, des hanches larges mais fermes, un fessier rebondi et une poitrine opulente.

Evidemment, tout ça se trouve caché la plupart du temps sous de vieilles toges mal ajustées, en tissu simple, loin des clichés de la cybermode.



“Racontez-nous votre histoire„

Diàna est la descendante d’une famille hongroise réduite en esclavage par les Romains il y a de ça plusieurs décennies. Elle est née esclave, tout comme sa mère.
Elle n’a jamais eu de liens particulièrement sincères avec qui que ce soit, qu’il s’agisse de sa mère ou de la Mater Familia qu’elle doit servir fidèlement, et encore moins de son père dont elle ne connaît pas l’identité.

Diàna avait dix-neuf ans et n’avait jamais eu de passion dans la vie. Comment aurait-elle pu alors que ses tâches quotidiennes consistaient à ranger la maison, laver le linge et préparer à manger. Récurer, dépoussiérer, chaque jour et sans aucune aide puisque la Domina n’était pas suffisamment riche pour se payer d’autres esclaves ou des installations cybernétiques sophistiquées.

La Maîtresse tenait une petite clinique vétérinaire non-loin de sa maison. Diàna savait que la Maîtresse était aidée à la clinique d’un esclave public entretenu par l’Etat, qui s’occupait de faire le ménage, mais aussi d’assister la Maîtresse dans les opérations.

Un jour, la Maîtresse expliqua à Diàna qu’en plus de ses tâches ménagères à la Domus, il faudrait qu’elle consacre au moins trois heures par jour pour venir aider à la clinique. Diàna se demandait pour quelle raison sa présence devenait tout à coup nécessaire ; elle comprit plus tard qu’un esclave public était souvent prêté aux plus offrants au détriment de ceux qui en avaient réellement besoin.

Elle n’appréhenda pas cette modification de son emploi du temps car elle savait que ça ne changerait rien à sa vie. Elle n’eut pas tort car les premiers mois à travailler à la clinique furent un prolongement de ce qu’elle faisait à la Domus de la Maîtresse. Récurer, ranger, dépoussiérer. Les animaux étaient mieux traités qu’elle car ils n’étaient pas des esclaves. A la clinique, on les choyait. Leurs propriétaires les aimaient tendrement et était prêts à payer cher pour les soigner et les maintenir en vie.
Diàna observait parfois avec curiosité les « implants cybernétiques » avec lesquels repartaient les animaux. Elle avait tout d’abord cru que c’était réservé aux bêtes, mais elle avait fini par remarquer que les propriétaires arboraient eux aussi ces gadgets étranges.  

Elle n’osait jamais poser de questions et restait donc dans une ignorance crasse. De toute manière, elle se serait fait punir si elle avait osé. Toutefois, il arriva une période où il fallut assister la Maîtresse dans certaines opérations car l’autre esclave était appelé à n’importe quelle heure pour aider d’autres Maîtres. Au début, Diàna fut chargée de passer les instruments à la Maîtresse, qui lui expliquait au fur et à mesure ce qu’elle faisait afin que l’esclave fût bien rodée. Diàna y trouva un peu d’intérêt car enfin, elle découvrait quelque chose de nouveau. Elle écoutait attentivement, mais ne sachant ni lire ni écrire, elle eut beaucoup de difficultés à comprendre les mots compliqués. Medtech, cybertech, nanotech. Qu’est-ce que cela signifiait ?
Elle n’était pas savante, mais heureusement elle parvenait à contenter la Maîtresse car elle était habile de ses mains. Ses mains et ses doigts savaient faire intuitivement ce que son cerveau ne pouvait pas comprendre. Lorsque la Maîtresse lui parlait de théorie, c’était du chinois pour Diàna. Lorsque la Maîtresse lui montrait ce qu’il fallait faire, Diàna le reproduisait à la perfection.

Néanmoins, si le quotidien était moins morne, cela restait un travail d’esclave. La seule chose qui semblait éveiller une petite lueur au fond de l’esprit simple de Diàna, c’était l’idée que les nanites, ces choses qu’elle ne pouvait voir mais qu’elle mettait par colonies entières dans le corps des animaux, provoquent des modifications aussi importantes. Elle ne s’en rendait pas compte, mais sa fascination pour la nanotechnologie grandissait lentement mais sûrement et devenait quelque chose qui l’obsédait. Mais que faire d’une passion lorsqu’on est esclave ?

Ce n’est que quelques années plus tard -elle avait alors vingt-quatre ans- que la Maîtresse mourut, sans héritier. Diàna savait qu’elle deviendrait une esclave publique, elle préféra donc s’enfuir. Sans réfléchir, sur un coup de tête, avant que quelqu’un ne s’empare d’elle.
Son nom de cavale devint Diane et elle se fit passer -avec plus ou moins de succès- pour une Romaine.

Heureusement, dans les quartiers pauvres, elle se rendit compte que les gens posaient peu de questions. Diàna tenta de mettre ses maigres compétences en Medtech en avant afin de trouver du boulot. Elle obtint un poste d’assistante dans un cabinet situé dans le Tartare. On ne lui avait pas demandé de références, et elle était presque certaine que le « Doc » pour lequel elle allait travailler n’avait pas beaucoup plus de compétences qu’elle.
Ce qui lui fit peur, plus que le Doc lui-même, ce fut d’apprendre qu’elle opérerait sur des humains. Diàna ne possédait aucun savoir scientifique sur l’anatomie humaine et elle n’était pas sûre qu’un chien soit fait comme un homme.
Malgré sa peur, elle fit semblant de savoir pour garder son emploi.

Diàna découvrit ainsi la puissance que la cybertechnologie pouvait apporter à l’être humain, et tenta de se spécialiser dans la nanotech. Le travail ne pouvait pas être aussi précis et soigné que ce qu’elle faisait à la clinique vétérinaire car là, il s’agissait la plupart du temps de cyberware de seconde main, d’occasion et de mauvaise facture. Ce n’était pas très varié non plus car il s’agissait le plus souvent d’implanter aux patients des équipements ou des nanites dispersant de la drogue dans le corps. Quelque fois, elle avait à soigner des blessures ou remplacer des membres abîmés. Jamais rien de bien extraordinaire.
Diàna aurait voulu pouvoir apprendre de nouvelles choses sur la nanotech, mais elle n’en avait pas les moyens, ni le temps.

Finalement, sa maigre liberté disparut lorsqu’un centurion déguisé en civil et se faisant passer pour un patient la questionna alors qu’elle était en train de réviser sa main cybernétique légèrement endommagée. Elle ne se méfia pas car elle se sentit immédiatement en confiance avec l’homme. Elle lui révéla son nom, son origine et lui parla de la clinique dans laquelle elle travaillait avant.

Elle comprit que si elle ne s’était pas méfiée, c’est que le centurion suffisamment riche pour être à la pointe de la technologie, avait utilisé une amélioration biotechnologique libérant des phéromones de confiance.

Diàna fut arrêtée et remise sur le marché aux esclaves. Son profil est toujours consultable sur la Matrice.


“Et vous, in real life ?„

PSEUDO : Miaou ! COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Ben un soir, alors que je buvais une grenadine (chère) à la terrasse d'un café ... QUE PENSEZ-VOUS DU FORUM (AMÉLIORATIONS, etc) ? je l'aime. FRÉQUENCE DE CONNEXION : aussi souvent que possible. ENVIE D'AJOUTER QUELQUE CHOSE ? : Je voudrais être un chat, me blottir contre toi, être le seigneur des toits ... ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
Messages : 86
Age : 27

Carte d'identification
Age:
Métier: PDG de Black Sigma Genetics
Particularité(s):
MessageSujet: Re: Diàna   Dim 8 Déc - 22:26

Alors... quel est l'intérêt de faire une partie 'Fiches en cours' si c'est pour les poster n'importe où hein ? hein ?

Bref, vu que je suis toujours dans ma phase d'apprentissage de validation on va dire que ça passe pour cette fois Suspect 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Diàna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uchronia :: Personnages :: Gestion des personnages :: Fiches validées-