AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Alexandreï Zlovek Sigma, Homme d'affaire honnête et sincère...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Modérateur
Messages : 86
Age : 27

Carte d'identification
Age:
Métier: PDG de Black Sigma Genetics
Particularité(s):
MessageSujet: Alexandreï Zlovek Sigma, Homme d'affaire honnête et sincère...   Dim 8 Déc - 22:17

“Z.Sigma, Alexandreï„

PRÉNOM : Alexandreï NOM : Zlovek/Sigma SEXE : Masculin ÂGE : 38 ans VILLE UCHRONIQUE D'ORIGINE : Moscou (univers de Neo-York) PROFESSION : Président Directeur Général de Black Sigma Genetics
DES PARTICULARITÉS ? : Suite à une auto-modification génétique volontaire, Alexandreï est désormais capable de contrôler mentalement les autres personnes... Bon, alors déjà c'est une seule à la fois... Ensuite, ce pouvoir nécessite que le sujet soit dans un état physique et mental particulier, état provoqué par un produit créé uniquement par Black Sigma Genetics pour l'utilisation de son patron. L'UZD est un produit qui, lorsqu'il est injecté à un mutant, décuple ses pouvoirs et, surtout, retire les barrières risquant de causer un coma ou une mort en cas de surutilisation de pouvoir. L'UZD étant un produit instable, celui-ci se dissout rapidement dans le sang, ne faisant effet que durant 5 minutes avant de disparaitre.


“Physique & caractère„




tics, manies, habitudes de votre personnage


Caractère :Ayant physiquement la carrure d’une brute dans le style gorille de garde sans cervelle, l’esprit d’Alexandreï est bien plus subtil que cela. Plus subtil mais également plus retors, le russe est en effet un être à l’intellect génialement tordu. Des notions comme le respect, la morale ou les conventions n’ont aucune valeur à ses yeux alors qu’il applique son génie dans des travaux de laboratoire sur la génétique appliquée. Un terme légèrement pompeux pour parler de mutilations, de dissections sur sujet vivants, de traumatismes physiques voir de réécriture complète du code génétique. Pour cet homme sans cœur, les limites aux découvertes sont seulement posées par la détermination, qualité dont il dispose en quantité illimitée.
S’il était mentalement examiné par un professionnel, Alexandreï Zlovek serait diagnostiqué comme étant un sociopathe psychopathe, comme il n’a jamais suivi ce genre de thérapie et qu’il possède une énorme richesse personnelle il est considéré comme étant un génie scientifique ayant apporté davantage à la recherche génétique que bien plus avant lui.



Physique : Selon les critères dits de normalité de la race humaine, Alexandreï Zlovek est quelqu’un de très grand. En effet le colosse ne mesure pas moins de 2m20 pour 110kg de muscles répartis dans tout son corps. Il s’agit de quelqu’un de très sportif qui s’assure de rester en permanence en excellente santé. Pompes, abdos et altères ne sont qu’une infime partie de l’entrainement qu’il s’impose quotidiennement pour garder la forme.
Sa musculature et sa taille mises à part, l’homme pourrait somme toute passer presque inaperçu. Enfin, pour peu qu’il change radicalement son style vestimentaire. En effet sa garde-robe est pour ainsi dire très peu fournie… tellement peu qu’il ne possède qu’un seul type de vêtements en plusieurs exemplaires. Chemise, pantalon, ceinture, bottes, manteau long, gants, le tout en cuir noir. Le seul vêtement n'étant pas en cuir est un gilet, toujours noir bien sûr, qu'il porte généralement par dessus un gilet pare-balles. De son corps musclé, il ne laisse pas apparaitre la moindre parcelle de peau. L’unique exception de cela étant cependant son visage. Un visage carré taillé par l’exercice et extrêmement sévère. Ses lèvres fines affichent rarement la moindre expression même s’il n’est pas pour autant du genre à rester muet par principe. Sur son crâne, une chevelure mélange entre le brun et le blond lui encadre la face avec cependant les tempes légèrement dégarnies sur le dessus bien que ce ne soit pas non plus flagrant. Son habitude à les plaquer autant que possible en arrière lui donne un aspect encore plus impitoyable et froid.
Le dernier point important n’est pas des moindres. Il s’agit en effet de la mystérieuse paire de lunettes noires qu’il garde en permanence sur les yeux à un tel point que personne encore en vie ne peut se vanter d’avoir déjà vu la couleur de ses yeux. Là-dessus les rumeurs les plus extravagantes ont eu l’occasion de voir le jour. Pour certains il cacherait des yeux de couleurs étranges résultants de ses expériences génétiques, pour d’autres il n’aurait carrément plus de globes oculaires et distinguerait le monde grace à un pouvoir mental. Alexandreï n’a jamais cherché à nier ces rumeurs, ne s’en préoccupant simplement pas. En revanche gare à celui qui tente de les lui arracher de force, car il gouterait alors au redoutable couteau à lame dentelée et empoisonnée conservé derrière son dos ou au simple mais aussi efficace Beretta 92 glissé sous son bras dans un holster d'épaule. Pour l'un comme pour l'autre, le long manteau suffit à les dissimulé aux yeux de tous.



“Racontez-nous votre histoire„

L’histoire d’Alexandreï commence dans une URSS tyrannisée par le Secrétaire général du Comité central du Parti communiste de Russie Joseph Staline. Un jeune homme ambitieux, Mickaël Krulov, ne réalisa rien de moins qu’un coup d’état magistral. Suite aux conflits incessants et épuisants pour les soldats, il arriva à s’assurer leur fidélité ainsi que celle des grands généraux. Le 3 mars 1953 il dirigea l’armée soviétique vers la demeure du chef du Parti qu’il exécuta lui-même, d’une balle dans la tête avant de prendre sa place…


S’il fallait comparer Krulov à Staline, on pourrait considérer le second comme étant quelqu’un de légèrement embêtant. En effet, sous la direction de ce nouveau chef du Parti, la vie en URSS ne devint même plus difficile, il n’y avait aucun problème puisque l’armée était présente partout. Pas besoin de police secrète lorsqu’il y avait 24h/24 un soldat armé dans chaque maison. Chaque fois que quelqu’un était suspecté d’opposition il était envoyé dans les nouveaux goulags de Sibérie qui faisaient passer les anciens pour des colonies de vacances. Un pays dans lequel même la Mort ne semblait pas oser venir apporter le dernier repos. Un pays qui, quelques années plus tard, fut à l’origine d’un conflit atomique ravageant intégralement la planète.


C’est dans ce pays en ruine mais en reconstruction que naquit Alexandreï Zlovek, fils du commissaire principal du Parti Valerian Zlovek, le 3 Décembre 1974 dans l’hôpital général de Moscou. Anastasia Zlovek, sa mère, ne survécut cependant pas à la mise au monde de son enfant. Affaiblie par sa grossesse elle avait développé un cancer dû aux retombées radioactives. La survie du nouveau-né fut qualifiée de miracle, aucun médecin n’ayant en effet imaginé qu’il puisse se développer normalement malgré la maladie de sa mère.


Durant les neuf premières années de sa vie il fut élevé comme un élu. L’un de ces élus, grandissant en plein cœur du pouvoir, dont le destin était de décider de celui des autres par sa simple volonté. Il reçut une éducation d’exception, notamment au niveau des langues. A neuf ans il parlait bien évidemment le russe mais également l’anglais, le français, l’allemand, l’italien, ainsi que le japonais et le chinois. Les années s’écoulèrent et il apprenait toujours plus qu’il s’agisse des sciences, de la politique ou même de l’économie. Il se montra rapidement particulièrement intéressé par la chimie et la génétique, qu’il aborda âgé de treize ans. Il ne dénigra pas son corps pour autant, suivant l’entrainement militaire des ‘jeunes légions de Krulov’ branche de l’armée ayant pour but d’entrainer des enfants à devenir soldats dès leur plus jeune âge. Etait-ce dû au conditionnement subit dès sa naissance ou à une volonté de fer naturelle ? Toujours est-il que quoi que soit le domaine dans lequel il se lançait, Alexandreï finissait par exceller comme si cela était normal pour lui de réussir là où échouait la majorité des gens.

La morale, en revanche, ne sembla pas être quelque chose que son père jugeait nécessaire. Le jeune homme avait à peine seize ans qu’il était physiquement bâti comme s’il en avait dix-huit. Son anniversaire remontait tout juste à quelques jours lorsqu’il passa pour la première fois mais définitivement de l’autre côté. Alors qu’il sortait son chien, un Akita Inu que lui avait offert l’ambassadeur du Japon lors de son douzième anniversaire, il croisa une jeune fille ayant son âge. Elle portait des vêtements plutôt convenables, signe qu’elle venait d’une famille relativement aisé dans une URSS où la première fonction de l’argent était d’acheter une miche de pain et éventuellement quelque chose à mettre dessus.
Après l’avoir suivie jusque dans un parc enneigé reconstruit depuis peu et, donc, encore peu visité il commit ce que les gens appellent un crime. Pour lui il s’agissait simplement de quelque chose de naturel, après tout il savait comment fonctionnaient les plaisirs de la chair. Son père avait même une fois envoyé une de ses servantes pour lui faire découvrir. Il avait donc simplement reproduit ce qu’il avait déjà expérimenté. La jeune fille s’était débattue au début, alors il avait bien fallut qu’il fasse quelque chose. Elle s’était calmée lorsqu’il l’avait jetée sur le dos à même le sol après quoi il avait pu, simplement, satisfaire ses besoins. Ce ne fut que lorsqu’il eut terminé qu’il remarqua que la neige autour d’elle, principalement au niveau de sa tête, était écarlate.

Il ne s’attarda pas et retourna chez lui avant d’en parler à son père. Le lendemain un officier de la Police du Parti et sa femme étaient fusillés pour trahison, personne ne sut ce que leurs filles de seize et quinze ans étaient devenues. Quelques jours après Alexandreï reçut ce que son père appela un ‘cadeau d’anniversaire un peu en retard’ à savoir une servante qui devait obéir au moindre de ses ordres, elle avait quinze ans.


A partir de ce moment son éducation subit un virage conséquent. Ses précepteurs furent remplacés par des personnes qu’il avait régulièrement entre-aperçues lors des soirées qu’organisait son père. On commença à lui parler de stratégie militaire, de diplomatie, d’économie nationale. Les matières tels que les mathématiques ou les sciences lui étaient enseignées par des personnes qui portaient des noms étrangers, allemand généralement, et avaient un titre de Docteur. De jours en jours il apprenait toujours plus jusqu’à ses vingt-deux ans. Il quitta l’URSS trois jours après son anniversaire et parcouru le monde.


Il revint deux ans après son départ mais il semblait qu’il en avait passé au moins cinq de plus. Il ne parla cependant pas de son expérience, pas même à son père à qui il n’avait pourtant jamais rien caché jusque-là. Celui-ci ne s’en préoccupa pas davantage, son fils ayant rapidement repris ses habitudes. Il passait tout de même beaucoup plus de temps avec les scientifiques et, plus particulièrement avec les chercheurs en génétique. Il ne s’était pas écoulé un mois depuis son retour que Mickaël Krulov créa un nouveau secteur de recherches scientifiques afin de se pencher vers un thème d’actualité concernant les conséquences du conflit nucléaire sur les êtres humains, en bref un service chargé d’en apprendre davantage sur les pouvoirs que semblaient posséder certaines personnes. A la tête de ce projet, le chef du Parti désigna Alexandreï Zlovek qui accepta aussitôt cette offre qui semblait venir de nulle part.
Ce qui se passa durant les treize années où Alexandreï resta en charge de la section M fut bien évidemment strictement confidentiel mais toujours est-il que les pouvoirs personnels devinrent de plus en plus fréquents. Peut-être plus étranges encore on découvrit que cela remontait à bien avant, les personnes douées de telles capacités ayant simplement été cachées aux yeux du public.
Comme tout gouvernement dictatorial qui se respecte, le Parti Communiste voulu faire de ces mutants une nouvelle arme maintenant que ce sujet sensible était devenu public. De nombreux volontaires furent désignés au sein de l’armée tandis que celui qui, avec le temps, était devenu le Docteur Zlovek se chargeait de trouver un moyen de contrôler ces nouveaux ‘talents’.


Il venait d’avoir 37 ans lorsqu’Alexandreï Zlovek quitta son poste de directeur de la section M pratiquement du jour au lendemain. Pire encore, il sabota les structures secrètes, supprimant toute donnée reliée de près ou de loin à ses recherches. Dans le même temps des milliards de roubles furent transférées vers les banques du pays-forteresse qui avait, suite à la guerre, prit le contrôle de pratiquement tout le système financier de la planète : la Suisse. Valerian Zlovek fut retrouvé assassiné, du sang lui sortant du nez, des yeux ainsi que des oreilles. Pourquoi assassiné ? Parce que le moindre objet en verre dans la pièce où il fut retrouvé était réduit en morceaux et qu’un autre homme se trouvait également dans la pièce, du sang sortant simplement du nez mais, cette fois, à cause d’une attaque cérébrale typique de la surutilisation de capacité mutante. Une trace de piqure de seringue se trouvait au niveau de son avant-bras, même si aucune substance particulière ne put être analysée.
Ce qui était plus étonnant était que des gardes jurèrent par la suite avoir vu Alexandreï sortir de la pièce sans rien d’autre qu’un morceau de verre planté dans le bras.


Le fils du commissaire principal du Parti devint alors en une nuit l’ennemi numéro un sur le territoire soviétique. Cela ne changea pas grand-chose, puisque celui-ci arriva en Amérique et, plus particulièrement, à Neo York quelques jours après.


Il avait à peine foulé le sol de ce que les habitants appelaient l’Enfer qu’il fut agressé par un groupe de deux mutants. Agressé est cependant un bien grand mot puisque, en effet, les forces de sécurité qui arrivèrent par là quelques minutes plus tard virent les deux jeunes s’entre-attaquer à l’aide de leurs pouvoirs respectifs, sans tenir compte des conséquences sur leur propre corps. Alexandreï était juste derrière, les mains dans les poches, observant la scène en hochant lentement la tête. Lorsque les autorités cherchèrent à les arrêter les deux mutants tombèrent au sol, raides morts à cause de la surutilisation de leurs pouvoirs. Le russe fut immédiatement arrêté et interrogé mais, également, relâché quelques heures après. Il s’installa alors au Paradis, lâchant sur son passage des règlements de factures en cash s’élevant à plusieurs milliers de dollars. Ce fut à partir de ce jour-là qu’il modifia son nom, devenant Alexandreï Z. Sigma


Les mois s’écoulèrent lentement sans qu’Alexandreï ne fasse parler de lui jusqu’à ce que les travaux d’un building ne s’achèvent, révélant alors les bureaux d’une entreprise semblant sortir de nulle part mais bénéficiant déjà d’un capital de base de plusieurs milliards de dollars. Black Sigma Genetics un laboratoire de recherches et développement basé sur les recherches génétiques. De nombreux scientifiques de renoms furent récupérés d’URSS pour venir travailler pour celui que tout le monde connaissait à présent sous le nom de Monsieur Sigma bien que son identité officielle ne soit pas cachée pour autant. Alexandreï Sigma réutilisa les découvertes qu’il avait réalisées dans son pays d’origine pour servir de base à ce nouveau centre de recherche, complètement privé dont il était bien évidemment l’actionnaire majoritaire.
Il ne fallut que peu de temps, quelques mois à peine, pour que Black Sigma Genetics ne devienne un proche collaborateur du gouvernement, lançant de nombreux projets pour son compte tandis qu’un, particulièrement précis, fut obstinément refusé sans qu’il n’en soit donné de raison, celui de pouvoir neutraliser les capacités des mutants et celui de se servir des modifications génétiques subies par ceux-ci pour les contrôler mentalement. Certains prétendent qu’il ne s’agirait pas que d’une simple collaboration et que le PDG de Black Sigma Genetics serait directement lié au gouvernement. Il est cependant difficile de savoir qui se cache réellement derrière ce terme mais il est clair qu'Alexandreï, même dans l'optique où il ne ferait pas directement parti du gouvernement, a au moins des 'amis' au sein de celui-ci.


Lorsque le monde explosa et que Neo-York fut propulsée dans un univers uchronique, Black Sigma Genetics ne s’arrêta pas de fonctionner pour autant. Au contraire les possibilités naissantes qui apparaissaient avec ces nouvelles citées étaient des plus intéressantes, son intérêt se portant tout particulièrement vers Roma Aeterna dans un premier temps, retourner à la technologie des rouages et de la vapeur n'ayant que peu d'intérêt pour le Russe. En parallèle la contamination zombie de Shin Edo n'est pas non plus quelque chose sans valeur, cela pourrait bien permettre de revoir les bases de la gestion d'épidémie...


“Et vous, in real life ?„

PSEUDO : Black Sigma COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Qu’est-ce que j’en sais moi ? ^^ QUE PENSEZ-VOUS DU FORUM (AMÉLIORATIONS, etc) ? Je pense avoir tout dis lors de sa création FRÉQUENCE DE CONNEXION :Quand je serais là ENVIE D'AJOUTER QUELQUE CHOSE ? : Oui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 232
Age : 26

Carte d'identification
Age:
Métier: Administratrice codeuse
Particularité(s): Est un chat
MessageSujet: Re: Alexandreï Zlovek Sigma, Homme d'affaire honnête et sincère...   Dim 8 Déc - 22:25

Han il s'est auto-validé le vilain coquin !!

_________________
 ..

Au commencement, Dieu créa le chat à son image. Et bien entendu,
il trouva que c’était bien. Et c’était bien d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Alexandreï Zlovek Sigma, Homme d'affaire honnête et sincère...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Les indépendants
» Tout un réseau
» Derek Calhaway
» L'amitié double les joies et réduit de moitié les peines ~ Aiden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uchronia :: Personnages :: Gestion des personnages :: Fiches validées-