AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le paria de Shin Edo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Sentinelle sans Terre
Messages : 20
Age : 25
Fiche de présentation : Cliquer ici

Carte d'identification
Age:
Métier:
Particularité(s):
MessageSujet: Le paria de Shin Edo   Sam 29 Mar - 22:30

>
Grégoire Séraphin

« Pour Shin Edo! »


PRÉNOM : Grégoire
NOM : Séraphin
SEXE : Homme
ÂGE : 28 ans
VILLE UCHRONIQUE D'ORIGINE : Shin Edo
PROFESSION : Samouraï  


DES PARTICULARITÉS ? :

Grégoire Séraphin est le fils de l'ambassadrice Japonaise en France Sakura Akashirudo, et du général de brigade Alexandre Séraphin.
Il est donc métis et a été bercé par la culture japonaise et française. Il a été formé pour devenir Samouraï avec sa mère et à étudier à l'académie militaire de Versailles avec son père.




CARACTÈRE
"

Grégoire Séraphin, a consacré sa vie aux sept préceptes du samouraï tout en les appliquant avec sa propre vision des choses.
La justice, appliquer la loi avec morale et retenu, Grégoire n'applique jamais la justice avec zèle et à toujours pris soin de peser murement chaque jugement envers une personne.
Le courage, le courage est une qualité, mais presque aussi un défaut lorsque le courage tend vers la témérité et la hardiesse incontrôlée. Le courage est d'affronter sa peur et le métis l'a bien. Un guerrier ne fait pas preuve de courage en affrontant des ennemis qu'il sait qu'ils vont succomber à ses coups.
Le vrai courage est de foncer dans la mêler pour sauver une vie en étant conscient que l'on ne pourrait jamais en revenir. Pour Grégoire Séraphin voilà le vrai courage.
La bienveillance, une qualité que son père a apprise au jeune homme, soit toujours à l'écoute de la souffrance de ceux que tu rencontres, Grégoire Séraphin applique cette règle sans faiblir. Il ne donne jamais la mort avec plaisir et fait toujours son possible pour refroidir les esprits du temple taisha par les mots mais cela est pour lui difficile car beaucoup de Japonais le considère comme un bâtard indigne du titre de samouraï, mais vu que le nombre de guerriers dans Shin Edo est trop bas pour faire la fine bouche...
Le respect, un précepte essentiel pour un samouraï et pour Grégoire, mais pour le jeune homme le respect ce gagne et peut facilement se perdre comme la confiance et est très difficile à regagner.
Grégoire ne dénigre aucune personne, il comprend leurs manières de penser même si elles ne sont pas les siennes. Dénigrer quelqu'un est trop facile pour s'élever pour le jeune samouraï.
La sincérité, cette qualité est quasi sacrée pour Grégoire qui la tient en si haute estime que pour lui nul besoin de serment. S'il dit qu'il va faire quelque chose, il va le faire, il ne renie jamais sa parole.
L'honneur, une chose qui peut prendre bien des formes et Grégoire en est conscient, il pense toujours à cela avant d'entreprendre une action. Pour lui son honneur réside dans la protection des siens même si ceux-ci le considèrent comme un paria tout juste toléré, mais son honneur lui exige aussi de ne pas trahir la loi pour cela, cela le met dans des situations extrêmement délicates par moment, surtout depuis l'arrivée des zombies.
La loyauté, liée par définition à l'honneur Grégoire lui accorde une grande importance, loyauté à sa famille, à son pays, à son peuple et à ses idéaux. La trahison est un concept étranger à lui et tout simplement inimaginable.



PHYSIQUE


Grégoire Séraphin est un japonais grand, plus grand que la plupart des Japonais. Cela s'explique facilement par le sang européen qui coule dans ses veines.
Il a le teint mat oriental malgré cela et de longs cheveux corbeau coiffés en queue de cheval haute. Des yeux d'onyx surmonté de sourcils broussailleux noir, une barbe aussi bien taillée que possible couleur noir décors son visage.
Il a le corps musclé et parsemé de cicatrice, témoignages de ses entraînements et de ses combats pour le clan Akashirudo et la famille Séraphin.
Il est équipé d'une armure de samouraï couleur acier et or et d'un katana forger par le forgeron d'Akashirudo et renforcé par celui des Séraphin.



HISTOIRE


Grégoire Séraphin naquit sur un navire de la flotte japonaise de retour pour shin edo avec à son bord l'ambassadrice Sakura Akashiro, sa mère et le général de brigade Grégroie Séraphin, son père.
Les deux personnages, c'était rencontré dans le cadre de leurs métiers, le général de brigade devait négocier avec l'ambassadrice un contrat militaire pour disposer d'une partie des forces du shogun pour rétablir l'ordre dans certaines parties du pays ravagé par la peste maintenant disparu.
Cherchant de nouveaux alliés l'ambassadrice accepta de s'unir sous le conseil de son clan et du chef du shogun au général de brigade pour sceller une alliance entre la France et le Japon.
Le nouveau-née fut nommé Grégoire Séraphin malgré ses traits orientaux, la jeune mère qui après des années d'union avait enfin donné naissance à un descendant du clan décida qu'il serait un symbole d'union entre le Japon et la France.
Le père accepta que l'enfant soit éduqué au Japon pour le début de sa vie.

Un garçon volontaire et qui refusait d'abandonné voilà qui fut Grégoire Séraphin étant enfant, il dut en faire deux fois plus que n'importe quel apprenti samouraï japonais pour se montrer digne. Les autres japonais conscients de son métissage ne lui firent aucun cadeau et sa mère non plus, il fut souvent traité en paria et comme le dernier des bâtards.
Mais il resta fidèle aux sept principes du samouraï, justice, courage, bienveillance, respect, sincérité, honneur et loyauté.
Ce ne fut pas facile, il passa les 15 premières années de sa vie à s'entrainer et à se battre pour être samouraï, pour être accepter.
Il passa par les épreuves du froid de la montagne jusqu'à en perdre la sensation de ses pieds et ses mains, mais continua de s'escrimer au milieu des vents glacé et mordant et dans la neige froide deux fois plus longtemps que les autres même lorsque cela lui valut de rester des semaines dans un lit à cause de la pneumonie, là encore, il vaincu la maladie en refusant de mourir.
Il cherchait à faire la fierté de sa mère et de sa famille japonaise, au début, ce fut comme de vivre au milieu d'étranger hostile, qui mirent son contrôle de soi à l'épreuve sans cesse, qui le poussèrent au-delà de ses limites.

Mais le temps passa et les visages de sa famille lui sourirent enfin lorsque triomphant, il amena son katana à l'âge de quinze ans à la demeure de son clan devant toute sa famille maternelle.
Il n'eut aucune effusion d'émotions visible, mais dans les yeux et sur les visages se voyaient la fierté et bien qu'il dût ne pas faire preuve de satisfaction, Grégoire Séraphin était très fier intérieurement, heureux d'avoir fait sourire ceux et celles qui avaient toujours voulu voir sourirent.
L'entrainement n'était pas fini pour lui malgré cela... Il prit un bateaux quelques semaines plus tard en direction de la France pour rejoindre son père.
Les deux hommes ne ce n'était pas encore rencontré, mais alors que sa mère avait été avare d'information sur son père du temps de son entraînement, elle lui révéla tout sur son père pendant le long voyage.
Le pauvre samouraï fut bien dépaysé, arrivé sur les côtes françaises, à Brest, son père vint à sa rencontre et le prit dans ses bras avec joie en soulevant le jeune homme qui pourtant faisait la taille de son père soit un mètre quart vingt-cinq de muscle.
Son père, un homme grand, encore musclé malgré ses 55 ans à l'époque, des yeux bleus et perçants comme un aigle avec une barbe taillé aussi blanche que les nuages et sa chevelure perle en catogan.
Il s'avéra pour le jeune samouraï eu quelques problèmes pour s'adapter à la culture française, la nourriture, les relations familiales, les tenues vestimentaires et la discipline militaire de l'académie de Versailles où il partit étudier les stratégies militaires et le combat à l'épée française et le maniement des armes à feu lui donnèrent du fils à retordre.
Il devait rester 5 ans en France et revenir au Japon avec son père qui arrivait à l'âge de quitter son service militaire.
Là aussi, il apprit que de venir d'un pays ou d'avoir un sang différent rendait l'intégration difficile.
Il tint bon et réussis même à être quelques amis loyaux en France chose qu'il n'avait pas pu faire au Japon.
Il réussit son entraînement militaire avec succès et partit peu de temps après avec son père et ses loyaux amis pour le Japon.
Le voyage fut long mais arrivé au Japon ont leurs appris que la mère de Grégoire avait été envoyé en « Amérique » ce nouveau continent découvert par les Japonais il y a des siècles.
Ils repartirent alors aussi vite pour rejoindre la colonie de Shin Edo où Sakura Akashirudo avait été affectée par le shogun.

Ils retrouvèrent la femme d'Alexandre Séraphin et s'établirent près du temple Taisha, là Grégoire et ses amis se firent un nom en partant sécurisé les routes du nouveau continent pendant les années qui suivirent.

Lorsque des années plus tard, les zombies envahirent Shin Edo, Grégoire était au temple avec ses compagnons.
Et c'est là que tout bascula, les hordes de morts-vivants attaquèrent le temple en masse, alors que la  plupart des gardes se faisaient dévorer, Grégoire et ses compagnons surnommé « les gardiens de l'ouest » chargèrent dans la mêlé lames et pistolets rendirent la mort aux revenants dans un combat à l'issue incertaine jusqu'à ce que les kamis, ces esprits invoqué par les prêtres ce joignent au combat.
La puissance des Kamis repoussa les morts-vivants et le samouraï Séraphin et les gardiens de l'ouest purent souffler un peu... Grégoire partit à la recherche de ses parents dans la ville, esquivant les morts aussi souvent que possible, aidant les survivants et leur indiquant le temple comme un abri.
Lorsqu'il retrouva ses parents, c'était trop tard, ils étaient morts et avaient rejoint les rangs des zombies... Fou de douleurs, il acheva sa mère et son père, et pendant sept jours, il combattit dans les ruines chaque mort-vivant qu'il voyait. Alerté par les hurlements nocturnes, les gardiens de l'ouest  retrouvèrent et ramenèrent leurs chef pour l'aider à faire le deuil.

Des jours entiers lui furent nécessaires pour retrouver la force de ne pas vouloir mourir, mais lorsqu'il la retrouva, Grégoire Séraphin voulu savoir pourquoi les Indiens avait lancé les morts sur les vivants.
Après avoir appris pourquoi il jugea que les Indiens avaient agi par envie de vengeance et aveuglé par la haine, il jugea les Indiens en ennemis des survivants et ne leur fit aucun cadeau en lorsqu'ils tentaient de venir en ville.

Ont dit que Grégoire Séraphin continu toujours de combattre les morts au temple de Taisha, et même après avoir appris grâce à l'arrivé des ambassadeurs de Roma Aeterna qu'il y avait une échappatoire, il refusa de fuir, les gardiens de l'ouest resteraient jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à défendre à Taisha... Ce jour arrivait à grand pas... À pas trainant et avec des grognements affamés.




PSEUDO : 343-Archange
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Grâce à une pub sur facebook
QUE PENSEZ-VOUS DU FORUM (AMÉLIORATIONS, etc) ? ca claque.
FRÉQUENCE DE CONNEXION : plusieurs fois par semaine
ENVIE D'AJOUTER QUELQUE CHOSE ? : rien n'est vrai, tout est permis... Mangé des cookies 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 813
Age : 39

Carte d'identification
Age: Vieux
Métier: Grand Dragon
Particularité(s): Scénariste retors
MessageSujet: Re: Le paria de Shin Edo   Jeu 17 Avr - 16:47

Le Chat, je te laisse relire pour voir si c'est bon ? Je manque un peu de temps, là ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uchronia-rpg.forumactif.org
avatar
Admin
Messages : 232
Age : 26

Carte d'identification
Age:
Métier: Administratrice codeuse
Particularité(s): Est un chat
MessageSujet: Re: Le paria de Shin Edo   Ven 18 Avr - 21:06

Bienvenue sur Uchronia officiellement, puisque je valide ta fiche ! Very Happy

Il y a quelques fautes tout de même, fais donc bien attention à te relire lorsque tu écriras tes rp et surtout, à passer le texte sous Word (tu fais notamment la confusion entre les participe passé en -er et en -é ; par exemple "pour être accepté" et non "pour être accepter").

Mis à part ça, ton personnage est intéressant, on voit que tu y as passé du temps et c'est bien qu'il y ait de nouveaux personnages à Shin'Edo ! En plus je vois que ton personnage est français, et j'ai justement un personnage de cette nationalité (Lolita), je me demande si un rp serait faisable ... :p

Enfin bref, n'hésite pas à poster une demande de rp dans la section "Uchrobook", à répondre aux demandes déjà existantes, ou encore mieux, à contacter les personnages qui t'intéressent directement par mp !

PS : je viens de remarquer qu'on a la même date de naissance à une année prés, hihi !

_________________
 ..

Au commencement, Dieu créa le chat à son image. Et bien entendu,
il trouva que c’était bien. Et c’était bien d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sentinelle sans Terre
Messages : 20
Age : 25
Fiche de présentation : Cliquer ici

Carte d'identification
Age:
Métier:
Particularité(s):
MessageSujet: Re: Le paria de Shin Edo   Ven 18 Avr - 21:11

Merci le chat Smile
Je suis désolé pour les fautes j avais pourtant passé le texte sous scriben, je serais plus vigilant.
Cela serait un plaisir de rp avec toi si tu passe par shin edo Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le paria de Shin Edo   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le paria de Shin Edo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Compte de Kairo Shin
» Shin Alkar
» Wanted, renom de Shin Alkar
» kang raina ✎ shin min-ah
» The last Round of Shin Alkar[Der Richter, Rang A, Solo, Evacuation.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uchronia :: Personnages :: Gestion des personnages :: Fiches validées-